Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 07:42
La comédie des menteurs / David Ellis
Gallimard, série noire, 2007, 448 pages, ISBN 978207077481
Traduit de l'américain par Patrice Carrer

Avant-goût
Le livre s'ouvre sur la fin, l'arrestation de deux hommes simultanément à deux endroits bien différents, et remonte dans le temps : la vieille, 3 jours avant, jusqu'au début de l'affaire.

Critique
Ce premier roman de David Ellis traduit en France (il en a écrit 3 autres) est d'une originalité fantastique. Ce roman possède une construction narrative anti-chronologique c'est à dire que la première page correspond à la fin de l'histoire et la dernière au commencement. On imagine facilement les heures qu'a dû passer l'auteur pour mettre ça en place. C'est tout de même une première en littérature. Pour peu que le lecteur ait du temps devant lui (en vacances ou week-end par exemple) l'adaptation au procédé est aisé par contre si le livre est lu dans une mauvaise période cela peut tourner directement en fiasco. Mieux vaut aussi, ne pas trop étaler sa lecture pour ce livre-là.
Ce formidable procédé narratif est parfaitement mis en oeuvre et exploité au mieux par l'auteur. En effet, en remontant dans le temps, on éclaire d'une manière nouvelle les événements « qui suivent » (dans le temps), surtout que les rebondissements sont nombreux. Ainsi plusieurs personnages ne sont pas ce qu'on croit qu'ils sont, certains événements changent complètement de sens au fil de la lecture et certaines phrases répétées plusieurs fois durant le texte (en tant que souvenir d'événements des semaines passées) prennent un tout autre sens une fois remises dans le contexte. Le lecteur doit donc s'attendre à de nombreuses surprises qui n'apparaissent nullement surfaites comme c'est le cas dans certains livres.
La limite dudit procédé narratif réside dans les personnages et dans le découpage des chapitres. Volontairement les chapitres dépassent rarement deux pages puisqu'ils représentent souvent une journée en l'occurrence 9 fois sur 10 « la veille ». Le rythme peut donc paraître un peu haché et limite aussi fortement l'identification aux personnages.
Par ailleurs l'intrigue traite beaucoup du lobbying ainsi que du contre-terrorisme.
Au final malgré un petit bémol le reste est de très grande classe et fait de ce livre un polar incontournable...

Note : 5 étoiles

Cette chronique de lecture est originellement parue le 7 juillet dans Polars addict, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Clément.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Clément - dans Amérique
commenter cet article

commentaires

A_girl_from_earth 14/07/2009 21:53

J'ai choisi aussi ce livre dans le cadre de ce défi et c'est un de ceux qui m'ont le plus bluffée cette année! C'est une lecture pas évidente à aborder, qui demande patience et concentration, on peut se lasser même mais on ne peut s'empêcher de se demander comment l'auteur va s'en sortir pour nous pondre quelque chose qui se tient de la fin vers le début, et finalement il s'en sort drôlement bien! Impressionnant!

Présentation

  • : Littérature policière sur les 5 continents
  • Littérature policière sur les 5 continents
  • : Suite au défi 'Littérature policière sur les 5 continents' lancé en décembre 2008 sur 'La culture se partage', ce blog - créé le 1er janvier 2009 - centralise les articles concernant ce défi pour en faciliter la lecture et les liens vers les blogs d'origine.
  • Contact

Ebuzzing

http://www.wikio.fr

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Culture

Wikio - Top des blogs - Littérature

Recherche

Où ?

litteraturecompteur site internet
Locations of visitors to this page
Retour à l'accueil
Me contacter : cliquez sur 'Contact' ci-dessous
.

Archives

Catégories