Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 07:17
Les morsures de l'ombre, de Karine Giebel
Fleuve Noir, novembre 2007
291 pages, ISBN 978-2-265-08584-8

Et avec ce sixième message s'achève ma sélection pour ce défi Littérature policière sur les 5 continents. Et j'ai gardé pour la fin mon préféré. Les habitués de ce blog connaissent mon faible pour le travail de Karine Giebel et je souhaite le faire partager aux internautes qui viendront visiter ce blog à l'occasion du défi. J'ai eu le plaisir de découvrir Karine Giebel à l'occasion de son premier roman Terminus Elicius Prix Marseillais du Polar en  2005. Ce fut ensuite Meurtre pour rédemption qui malgré le choix peu commercial de l'éditeur (un volume de plus de 600 pages en police 8) m'a tenu en haleine jusqu'à la fin. Chiens de sang paru cette année a tenu ses promesses, mais j'ai une faiblesse pour Les morsures de l'ombre véritable roman noir dont le suspense ne se dément pas du début à la fin.

Signalons au passage que Les morsures de l'ombre a obtenu le Prix Intramuros du Festival Polar & Co de Cognac en 2008 et le Prix du Polar SNCF en 2009.

Venons en au défi.

La 4e de couverture
Une femme. Rousse, plutôt charmante. Oui, il se souvient. Un peu... Il l'a suivie chez elle... Ils ont partagé un verre, il l'a prise dans ses bras... Ensuite, c'est le trou noir.
Quand il se réveille dans cette cave, derrière les barreaux, il comprend que sa vie vient de basculer dans l'horreur. Une femme le retient prisonnier. L'observe, le provoque, lui fait mal. Rituel barbare, vengeance, dessein meurtrier, pure folie ? Une seule certitude : un compte à rebours terrifiant s'est déclenché. Combien de temps résistera-t-il aux morsures de l'ombre ?
Ça ressemble à un jeu. Le premier qui bouge a perdu.
Dans ce roman noir magistral et tendu à l'extrême, Karine Giebel nous entraîne dans un huis-clos au cœur de la folie. Un livre dont on ne sort pas indemne.

Karine Giebel réussit une véritable performance. Dans ce huis-clos on assiste à un impitoyable jeu du chat et de la souris. Elle décrit avec talent la surprise tout d'abord, puis l'inquiétude, l'angoisse et la peur qui vont petit à petit saisir le commandant Lorand. Tout comme Benoît, malgré son regard extérieur, le lecteur ne cesse de  s'interroger sur les motivations de Lydia, la rousse énigmatique. De nombreux rebondissements savamment distillés alimentent en permanence le suspense jusqu'à la dernière page.

Quelques lignes extraites du prologue
« Impression étrange. Comme une gueule de bois, un lendemain de cuite. Sauf qu'il peine à se souvenir de la veille... Neurones en vrac.
Enfin ses yeux s'ouvrent complètement. Il réalise qu'il gît par terre, à même un béton sale...
...Première certitude : je ne suis pas dans ma piaule. Mais où, alors ?...
...
Il tourne la tête sur la droite, déclenchant une douleur assassine dans ses cervicales. Et là, il aperçoit... Les barreaux...
...Deuxième certitude : je suis dans la merde... Au-delà de la cage qui le retient prisonnier, une inquiétante pénombre lui fait face...
...Black-out total. Il fouille les poches de son manteau, celles de son jean. Là aussi, le vide. Plus de portables, plus de porte-feuille, plus de clefs.
Plus de flingue. Plus de repères....
...Merde je suis blessé...
-Putain ! Mais qu'est-ce qui m'arrive ?...
- Ça ne va pas, commandant ? Mal à l tête, peut-être ?!...
Il sursaute. Ça vient de l'obscurité. Il plisse les yeux, distingue une forme dans le fond de l'immense cave, de l'autre côté de l'infranchissable séparation.
- Qui.. Qui êtes-vous ?
- Vous ne vous souvenez pas ?!
Soudain une voix...
...
- Lydia ?
- Je vois la mémoire revient, commandant !
Gagné ! je ne me suis pas trompé de prénom !
- Lydia... Pourquoi m'avez-vous enfermé là-dedans ? C'est quoi ce jeu à la con ?!...
...
- Votre arme est entre mes mains désormais. Tout comme votre vie... ».

Ne pas essayer de se protéger des Morsures de l'ombre au risque de passer à côté d'une petite merveille !

Cette chronique de lecture est originellement parue le 30 juillet dans Un lecteur parmi tant d'autres, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Michel/Anagnoste.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Michel/Anagnoste - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Nicolas 20/08/2009 23:48

J'ai été déçu par ce "sous-Misery", dont j'ai trouvé le style très très limite. La fin est assez décevante et les situations peu crédibles (les séances chez la psy notamment). Cela dit, il faut reconnaître que ça se lit bien, et le suspense est présent. EN bref, une lecture qui n'a rien d'inoubliable.

Présentation

  • : Littérature policière sur les 5 continents
  • Littérature policière sur les 5 continents
  • : Suite au défi 'Littérature policière sur les 5 continents' lancé en décembre 2008 sur 'La culture se partage', ce blog - créé le 1er janvier 2009 - centralise les articles concernant ce défi pour en faciliter la lecture et les liens vers les blogs d'origine.
  • Contact

Ebuzzing

http://www.wikio.fr

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Culture

Wikio - Top des blogs - Littérature

Recherche

Où ?

litteraturecompteur site internet
Locations of visitors to this page
Retour à l'accueil
Me contacter : cliquez sur 'Contact' ci-dessous
.

Archives

Catégories