Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 00:02
OutNKirino.jpgOut, de Natsuo Kirino
Seuil/Thrillers, 587 pages, 2006

Publié au Japon en 1997, Out a mis presque dix ans pour arriver dans les mains des lecteurs francophones... Et c'est avec joie que je vous parle aujourd'hui de ce polar dont l'action se déroule à Tokyo. L'auteure est née en 1951 et habite Tokyo depuis son adolescence. Voir le site officiel de Natsuo Kirino.

J'ai beaucoup apprécié cette lecture et j'ai plein de choses positives à dire à propos de Out. Dans ce polar, Kirino aborde la question des relations hommes/femmes et plus précisément, la situation des femmes d'âge moyen, accaparées par plein de tâches ménagères et de responsabilités et faisant face à leur quotidien et à un destin plutôt misérable. C'est drôle, j'ai parfois repensé à la trilogie de Stieg Larsson, Millénium, en le lisant. Peut-être à cause du titre, les hommes qui n'aimaient pas les femmes... Et peut-être aussi à cause de la facon dont l'auteur se sert de son roman pour nous en apprendre plus sur la société dans laquelle elle vit, sur son pays et nous le faire voir différement, dans ses défauts comme dans ses qualités. Je ne sais pas trop, en tout cas, j'ai bien aimé.

Parmi ces femmes, donc, on retrouve Yayoi, qui a deux enfants de trois et cinq ans et ne s'entend pas du tout avec son mari. Elle décide donc de le zigouiller et de là part toute l'intrigue. Ses trois collègues de travail vont l'aider à s'en tirer en se débarrassant du corps. Donc, Masako, la plus terre-à-terre d'entre-elles, va décider de le démembrer dans sa salle de bain...

Extrait
« - Oui, je sais. Mais se débarrasser d'un cadavre est un travail horrible, de toute façon. Il suffit donc de le considérer comme un déchet. C'est ce qu'il y a de mieux. À condition que ça ne te pose pas de problème. C'est ton mari que nous allons découper en morceaux et jeter à la poubelle comme des ordures ménagères. Tu supporteras ?
- Oui, dit Yayoi avec l'espèce de rictus qui lui tenait lieu de sourire. Il n'a que ce qu'il mérite.
- Terrible ! dit Masako en la fixant des yeux. Tu es vraiment terrible !
- Toi aussi, Masako.
- Non, moi, c'est pas pareil.
- Pourquoi ?
- Pour moi, c'est juste du boulot. »

Ces quatres femmes sont extrêmement bien décrites, on s'attache beaucoup à Masako (son sang-froid, sa rigueur, sa franchise et son intelligence m'ont beaucoup plu) et à certain autres. En tout cas, ils sont tous très vivants et nous font embarquer dans l'histoire sans aucun problème. Dans une interview avec l'auteure sur http://www.japanreview.net/, Kirino explique ceci :
« My main motivation to write is to “observe the fabric of human relationships.” Sometimes the threads that connect people are strong, or warped, or weak, or twisted by the encounters. »
Traduction tentée par moi-même:
« Ma motivation principale à écrire est d'observer le tissu des relations humaines. Parfois, les liens qui unissent les gens sont forts, mais parfois, ils sont faibles, pervertis, ou tordus par les rencontres. »

Donc, Kirino nous raconte, à travers cette histoire horrible, les aléas de la vie et des relations humaines. Elle aborde aussi bien l'idée du couple que de l'amitié et de ce qui se passe lorsque les rapports sont brisés.

Ma seule petite déception, s'il en est une, vient du fait que je m'attendais à autre chose en lisant la quatrième de couverture. En voici un extrait : « ...Et se trouve pris dans une spirale d'horreurs qui suit le meurtre de Kenji. Ainsi est lancée la dynamique terrifiante qui verra ces cinq personnages s'affronter dans une lutte à mort pour la liberté, l'amour, le pouvoir et l'argent. » Je m'attendais donc à beaucoup plus de morts, de sang, d'horreurs et de poursuites mais en fait ce roman est beaucoup plus doux et sobre qu'il en a l'air. Comme le dit A girl from Earth, on pourrait presque dire que c'est une belle histoire. L'accent est davantage mis sur le côté psychologique, les sentiments, le détail des relations humaines.

Donc, roman difficile à définir, à mettre dans une catégorie, à classer. Ça serait comme essayer de vous décrire un plat. Le mieux c'est de l'essayer et d'en tirer vos propres conclusions. Je dois quand même préciser que moi qui n'étais pas friande de culture japonaise, j'ai maintenant très envie d'en connaître plus sur la société, l'histoire, l'art, la cuisine et tout ce qui concerne ce magnifique pays plein de contradictions. Je crois donc que quelque part, l'auteure a atteint son but. Elle a piqué ma curiosité, éveillé mes sens et je l'en remercie. Je vous redonne donc l'adresse Internet du site de Muriel Barbery comprenant les magnifiques photographies de Stéphane Barbery. Juste parce que c'est beau...

Note personnelle 8.5/10

Lecture faite dans le cadre du défi Littérature policière sur les 5 continents organisé par Catherine.

Cette chronique de lecture est originellement parue le 16 mars dans À lire, s'il vous plaît !, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Gabrielle.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gabrielle - dans Asie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Littérature policière sur les 5 continents
  • Littérature policière sur les 5 continents
  • : Suite au défi 'Littérature policière sur les 5 continents' lancé en décembre 2008 sur 'La culture se partage', ce blog - créé le 1er janvier 2009 - centralise les articles concernant ce défi pour en faciliter la lecture et les liens vers les blogs d'origine.
  • Contact

Ebuzzing

http://www.wikio.fr

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Culture

Wikio - Top des blogs - Littérature

Recherche

Où ?

litteraturecompteur site internet
Locations of visitors to this page
Retour à l'accueil
Me contacter : cliquez sur 'Contact' ci-dessous
.

Archives

Catégories