Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 14:21

MeurtreUniv.jpgMeurtre à l'université, de Batya Gour
Histoires de Michael Ohayon - 2, 1993
Folio policier, mars 2007, 448 pages, ISBN 978-2-070339211
Traduit de l'israélien par Jacqueline Carnaud et Jacqueline Lahana

Un crime littéraire !
 
Comme Pascale a déjà présenté un roman de Batya Gour (surnommée la  P.D. James ou l'Agatha Christie israélienne), je ne vais pas présenter l'auteur. Je peux seulement dire, encore une fois, qu'elle est un vrai écrivain et que certaines comparaisons ne rendent pas le mérite de son originalité.

Il faut dire que moi aussi j'avais lu comme premier choix Le meurtre du samedi matin (un cas psychanalytique)  mais comme j'ai attendu trop longtemps (plusieurs mois ) pour écrire mon billet j'ai préféré changer : de titre, mais pas d'auteur car j'avais aimé le livre et le policier, bien attachant et sympa, héros de tous les livres de Batya Gour.

Cette fois, c'est l'université le lieu du crime, en particulier le prestigieux département de littérature de l'université de Jérusalem, lieu bien connu par l'écrivain car c'est là qu'elle a fait ses études et a travaillé. Et aussi le commissaire Michael Ohayon : il a fait là-bas ses études (chose qu'à la police, on lui « reproche » souvent, « on n'est pas à l'université ici » répète son chef de temps en temps.

Deux assassinats endeuillent, au cours d'un même week-end, le département. Ohayon qui accompagnait son fils à un stage de plongée en mer, est par hasard sur les lieux du premier drame : un jeune et brillant assistant de littérature est retrouvé noyé, empoisonné par du monoxyde de carbone volontairement mis dans ses bouteilles. Il revenait des États-Unis totalement transformé par ce qu'il y avait trouvé, disent ses collègues, qui ne savent pas ce qu'il avait trouvé... La préméditation ne fait aucun doute. Un autre éminent spécialiste est découvert battu à mort avec un soin particulier mis à le défigurer. Pour le commissaire, nul doute que ces meurtres sont liés. Peut-on, dans certains milieux, tuer pour d'autres raisons que l'amour, le pouvoir ou l'argent ?  Ce n'est pas facile de sortir du lot parmi les poètes et les critiques littéraires (comme l'était aussi Batya Gour).

On peut dire que Ohayon va pénétrer, comme dans ses précédentes enquêtes, dans un lieu secret, replié sur lui-même, constitué de codes et d'interdits. Si Ido était un jeune homme aimé de tous, en revanche Tirosh le « maître », le grand poète, était loin de faire l'unanimité, même si pour certains on peut parler d'« adoration » envers lui. En démêlant l'écheveau complexe des relations, Ohayon s'apercevra que, là comme ailleurs, il a le choix des pistes : entre l'envie, la luxure, le vol et l'adultère, ou alors est-ce encore autre chose ?

L'histoire est passionnante mais j'ai aimé aussi les autres côtés du livre : la vie en Israël entre colombes et faucons, entre Juifs de différentes origines, Tirosh venait de l'Europe orientale, Ohayon du Maroc, d'autres sont nés en Israël. Une société israélienne ou Ohayon se fait l'observateur sensible et attentif d'une réalité qu'il analyse sans préjugés et sans complaisance.

Très intéressant aussi le côté « littéraire » : on voit quels problèmes éthiques peuvent surgir entre l'artiste et son œuvre, l'œuvre et le critique, et comment le non-respect d'un certain code moral peut aboutir à un « crime littéraire ».

Un polar qui offre une dimension « intellectuelle » inattendue, on peut presque parler d'un authentique traité littéraire.

[Une chronique de lecture de Gaspara]

Partager cet article

Repost 0
Publié par Catherine - dans Asie
commenter cet article

commentaires

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 19/11/2010 20:24



Bonjour,


            Vous êtes invité à visiter mon blog(fermaton.over-blog.com).


Vous y trouverez l'Énigme du Père Noel et si vous le voulez bien en extra: SETI (les extraterrestres).


Cordialement


Clovis simard



Pélie 17/11/2010 15:09



J'ai lu aussi Meurtre au kibboutz et j'avais bien aimé. Si je retombe sur livre de Batya Gour, c'est sûr, je ne passerai pas à côté.



gaspara 16/11/2010 11:19



comme j'ai attendu unpeu pour ecrire et le billet n'est pas paru tout de suite j'ai lu aussi Meurtre au kibboutz, très interessant le cotè "connaissance" ce que sont les kibboutz, quand ils sont
nès (bien avant d'Israel comme etat) etc


Le commissaire est moin, je ne sait pas comment dire, est moin personne plus seulement policier, je l'aime plus dans ses autres romans


j'aimerai lire d'avantage mais les autres oeuvres de Batya Gour ne sont pas dans les biblioteques que je frequente



Catherine 14/11/2010 14:36



Bonjour Gaspara, avec ce roman tu m'as donné envie de découvrir cette série policière, merci ; et merci pour tes participations au défi en 2009 et en 2010.



Présentation

  • : Littérature policière sur les 5 continents
  • Littérature policière sur les 5 continents
  • : Suite au défi 'Littérature policière sur les 5 continents' lancé en décembre 2008 sur 'La culture se partage', ce blog - créé le 1er janvier 2009 - centralise les articles concernant ce défi pour en faciliter la lecture et les liens vers les blogs d'origine.
  • Contact

Ebuzzing

http://www.wikio.fr

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Culture

Wikio - Top des blogs - Littérature

Recherche

Où ?

litteraturecompteur site internet
Locations of visitors to this page
Retour à l'accueil
Me contacter : cliquez sur 'Contact' ci-dessous
.

Archives

Catégories