Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 00:08

ChairBlanche.jpgChair blanche, de Peter Corris

Rivages, collection Rivages Noir, 1989

264 pages, ISBN 978-2869302129


« She's a blonde, thin, a bitch and a bloodsucker. She acts freaked out, you know ? But she's really ice-cool. Know what we call her down here ? » Hardy shook his head. « White Meat. »


Il est assez fréquent de présenter un auteur de romans policiers en faisant référence à un autre auteur bien connu. C'est même souvent un argument commercial en quatrième de couverture ou sur un bandeau apposé sur le livre : « Plus fort que Patricia Highsmith ! » ou « Le livre que Henning Mankell aurait aimé écrire ! ».

Je vais moi-même céder quelque peu à cette facilité, comme d'autres avant moi, éditeurs ou journalistes, critiques professionnels ou amateurs de polars, pour dire de Peter Corris que son style n'est pas sans rappeler celui de Raymond Chandler. C'était le cas, à tout le moins, pour ses premiers romans de la série mettant en scène le « privé » Cliff Hardy. Mais, avec près de quarante romans dans cette série, depuis le premier, The Dying Trade publié en 1980 et le dernier en date à ma connaissance, Deep Water, paru cette année, Peter Corris a eu le temps de tracer sa propre voie.


Pour autant, le cousinage avec le style de Chandler n'est pas un simple vernis de marketing. Les aventures de Cliff Hardy, le privé australien de Sydney, portent distinctement la marque du roman hard-boiled : le récit à la première personne, le privé solitaire et cynique, au corps et à l'âme cabossés (il a été boxeur, a fait la guerre en Malaisie, a été bûcheron et enquêteur pour les assurances, c'est dire s'il en a vu des vertes et des pas mûres), le cadre réaliste, l'aventure sans temps morts, les dialogues sans chichis, les intrigues soignées. Bref, du punch et de la classe.


Il y a, dans Cliff Hardy, quelque chose du Philip Marlowe de Raymond Chandler, et peut-être plus encore, du Lew Archer de Ross MacDonald. Et même le cadre urbain de Sydney a des odeurs des villes californiennes, la fictive San Angelo ou la réelle Los Angeles de Marlowe, ou l'imaginaire Santa Teresa (où l'on reconnaît Santa Barbara) de Lew Archer.


Vous vous demanderez donc pourquoi vous pourriez vous pencher sur les romans de Peter Corris, s'il s'agit simplement d'un privé presque américain dans une ville australienne presque américaine elle aussi. Ce à quoi je vous répondrai que, au-delà de ce premier ressenti de déjà-vu, ces romans ont une vraie personnalité, une réalité australienne. Cela se ressent lorsque les aventures de Cliff Hardy le mènent hors de la ville, vers cet outback où la dureté de la nature a endurci les hommes eux-mêmes. Cela se ressent aussi dans le portrait de la société australienne, écartelée entre tolérance et conservatisme, égalité et voracité,

WhiteMeat.jpgWhite Meat (éditions Pan Books, 1981, ISBN 978-0330270182 ), paru en France sous le titre de Chair blanche est le troisième roman de cette série des Cliff Harding. Si j'ai choisi de prendre celui-ci plutôt qu'un autre roman de la série comme exemple de l'œuvre de Peter Corris, c'est d'une part parce que je l'ai découvert peu de temps après sa publication, à une époque où je dévorais pêle-mêle Hammett, Chandler ou Ross MacDonald, et d'autre part parce qu'il me semble révélateur de l'univers propre à Peter Corris. Dans ce White Meat, la société australienne est très présente, et les tensions entre les composantes ethniques de cette société bigarrée sont un des axes forts de ce roman. Du centre de Sydney à la communauté aborigène dans la banlieue de La Pérouse, des boxeurs aborigènes aux truands italiens, en passant par la jeune femme disparue, le décor est planté et les acteurs sont prêts. Secouons bien fort les ingrédients, ajoutons-y un détective que les coups sur la tête n'ont jamais fait renoncer à une enquête, et voilà un excellent cocktail pour les amateurs de durs-à-cuire.


Né il y aura bientôt trente ans de l'imagination de Peter Corris qui voulait écrire le genre de romans qu'il aimait lire, Cliff Hardy est toujours là aujourd'hui. Presque à la surprise de son créateur, qui ne s'attendait pas à une telle longévité, et pour le plaisir des lecteurs de roman hard-boiled, qui ont là un maître du genre.

Ce que je regrette, c'est qu'un réalisateur de talent ne se soit pas emparé de ce personnage-là pour le porter à l'écran. Certes, le réalisateur néo-zélandais Chris Thompson a bien adapté son roman The Empty Beach (1985) au cinéma, mais ce film plutôt médiocre ne s'est approché de nous que jusqu'en Allemagne (Ein Toter weiß zuviel) sans arriver en France.

Il manque à Peter Corris et Cliff Harding un « grand film », comme cela a pu être le cas pour le Sam Spade de Dashiell Hammett (je pense à The Maltese Falcon, de John Huston (1941), avec Humphrey Bogart), le Philip Marlowe de Raymond Chandler (Humphrey Bogart, là encore, dans The Big Sleep de Howard Hawks en 1946) ou le Lew Archer de Ross MacDonald (devenu Lew Harper sous les traits de Paul Newman, dans Harper de Jack Smight en 1966). Peut-être est-il trop tard, la mode n'étant pas vraiment aux films de « privés ».


N'attendez pas le film, et prenez donc un roman.


Pour en savoir plus sur l'auteur et son œuvre, consultez le site internet de Peter Corris.


Cette chronique de lecture est originellement parue le 31 décembre 2009 dans Le club Série noire, blog sur lequel vous pouvez livre d'autres articles de Xavier.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Xavier - dans Océanie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Littérature policière sur les 5 continents
  • Littérature policière sur les 5 continents
  • : Suite au défi 'Littérature policière sur les 5 continents' lancé en décembre 2008 sur 'La culture se partage', ce blog - créé le 1er janvier 2009 - centralise les articles concernant ce défi pour en faciliter la lecture et les liens vers les blogs d'origine.
  • Contact

Ebuzzing

http://www.wikio.fr

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Culture

Wikio - Top des blogs - Littérature

Recherche

Où ?

litteraturecompteur site internet
Locations of visitors to this page
Retour à l'accueil
Me contacter : cliquez sur 'Contact' ci-dessous
.

Archives

Catégories