Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 07:35

MortExtase.jpgMort en extase, de Ngaio Marsh

10/18, Grands détectives, novembre 1998, 318 pages


Fin des années 70, je m'ennuyais des Agatha Christie et des Conan Doyle lus et relus. Un ami me refila un roman de la Néo-Zélandaise Ngaio Marsh (1895-1982) : en quelques mois, je traversai ses 32 romans policiers. Ses intrigues sont souvent plus simples que chez ses contemporaines Christie et Sayers, son Inspecteur Alleyn n'a pas le charisme d'un Poirot ni le génie d'un Nero Wolfe, mais Marsh sait comment raconter une histoire, possède le sens du rythme ; la structure est classique mais les thèmes et les personnages sont souvent très modernes : dans le roman qui nous intéresse aujourd'hui, par exemple, tout tourne autour d'une secte dirigée par un gourou plutôt ambigu, certains adeptes sont friands d'héroïne, quelques femmes ont des tendances nymphomaniaques, deux membres de la secte sont homosexuels... Pour un roman écrit en 1936, ces sujets sont traités de façon très libre et ne sont pas récupérés, à la fin, par un moralisme de bénitier. Ces qualités sont suffisantes pour qu'on s'efforce de sauver Marsh de l'oubli total.


Née en Nouvelle-Zélande où elle a passé la plus grande partie de son existence (pour une biographie succincte http://fr.wikipedia.org/wiki/Ngaio_Marsh), les histoires de Marsh se passent surtout en Angleterre. Une partie de l'humour qui teinte l'ensemble des romans vient justement de ces habitudes et personnages anglais vus et décrits par une Néo-Zélandaise. Son œuvre est couronnée en 1977 par le Prix Edgar Poe des Mystery Writers (pour une bibliographie détaillée ainsi qu'un résumé de Mort en extase http://www.twbooks.co.uk/authors/nmarsh.html).


 

Mort en extase (1936) (10/18, 1995) est la traduction de Death in Ecstasy, traduit aussi parfois par Initiation à la mort. Comme le résumé cité ci-haut est en anglais, je le reprends en quelques mots. Au Temple de la Flamme sacrée, une jolie adepte, Cara Quayne, au cours d'une communion collective où on se passe le calice pour le remplir mais où seule l'Élue boira le vin, avale le contenu et s'écroule foudroyée. Le journaliste Nigel Bathgate, le Watson de l'Inspecteur Alleyn, qui fouinait justement par-là, prévient Scotland Yard et l'enquête commence. Chaque chapitre est d'abord consacré à un des adeptes présents à la cérémonie : s'il s’agit d’un meurtre, chacun est suspect puisque chacun peut avoir versé du poison dans la coupe. Qui est derrière la manœuvre et pourquoi ? Le gourou Garnette particulièrement louche, l'Américain Ogden très entreprenant, le Français Ravigne élégant et distant, l'inassouvie et jalouse Mme Candour, l'au-delà de tout soupçon Miss Wade, l'énervé et incohérent jeune Pringle, son amie la bizarre Miss Jenkins, les deux acolytes Wheatley et Smith ?


L'auteur nous fournit un plan détaillé du Temple et une liste exhaustive des personnages. Interrogatoires, recherches spécifiques sur chaque suspect, reconstitution des déplacements au cours des quelques heures qui précèdent la cérémonie mortelle. Nous sommes en pleine procédure policière classique où se déploient l'habileté et le sens psychologique d'Alleyn qui, selon sa cible, manie la politesse, le charme, la ruse, la menace, la complicité... Son art consiste à mettre les gens en confiance pour les faire parler. Bathgate prend des notes et fait des courses, le colossal assistant d'Alleyn, l'Inspecteur Fox, accomplit les tâches secondaires. Une étape importante de cette procédure classique, c'est l’analyse des témoignages en termes de confirmations et de contradictions, à partir de quoi quelques hypothèses plus précises seront élaborées et quelques détails vérifiés. Enfin, les suspects seront rassemblés et le coupable dénoncé par la force de la déduction. Mort en extase est fidèle à cette structure à quelques variantes près.


L'humour est plus présent chez Marsh que chez les grandes anglaises de l'Âge d'Or ; le lecteur n'oublie donc pas qu'il s'agit d'une fiction. Par contre, le problème initial est bien posé, l'intrigue se déroule avec rigueur, le rythme est un peu lent mais la lenteur fait ici partie du plaisir, les personnages principaux sont sympathiques et les personnages secondaires sont définis avec soin. Difficile de rivaliser avec Alleyn pour trouver le coupable (ce n'est pas un Ellery Queen), mais nous participons avec plaisir au dévoilement final.


Cette chronique de lecture est originellement parue dans Polarophiles, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Michel.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Michel - dans Océanie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Littérature policière sur les 5 continents
  • Littérature policière sur les 5 continents
  • : Suite au défi 'Littérature policière sur les 5 continents' lancé en décembre 2008 sur 'La culture se partage', ce blog - créé le 1er janvier 2009 - centralise les articles concernant ce défi pour en faciliter la lecture et les liens vers les blogs d'origine.
  • Contact

Ebuzzing

http://www.wikio.fr

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Culture

Wikio - Top des blogs - Littérature

Recherche

Où ?

litteraturecompteur site internet
Locations of visitors to this page
Retour à l'accueil
Me contacter : cliquez sur 'Contact' ci-dessous
.

Archives

Catégories